Visite de Lesneven (20/07/2011)

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

VISITE DU CENTRE DE LESNEVEN

ET DU MUSEE DU LEON

(mercredi 20 juillet 2011)

 [Photos de Pierre LEPEE]

 

Malgré le mauvais temps, 27 courageux ont quitté Guissény sous la pluie en ce mercredi 20 juillet pour rejoindre Lesneven où les averses ont tout de même fini par s'arrêter, et la visite a pu s'effectuer avec seulement une petite bruine intermittente.

 

Première étape, la place du château (ou de la mairie) pour commencer à comprendre le plan de la ville historique, à l'aide du plan de 1685.

La ville de Lesneven a été fondée probablement au Xème siècle par Neven, envoyé par le duc Alain Barbetorte pour libérer la région des invasions normandes. Il a fait construire un premier château sur le sommet de la ville. Le lieu était un carrefour de voie romaine et un point de surveillance des vallées de l'Aberwrac'h, du Quillimadec et de la Flèche.

La ville fut la principale place forte des Vicomtes de Léon pendant le Haut Moyen Age. Au XIIIème siècle, à la suite d'un conflit entre Hervé de Léon et le duc de Bretagne Pierre Mauclair, Lesneven devint une ville ducale, une baillie du Duché. Puis, après le rattachement de la Bretagne à la France en 1532, elle est ville royale, siège de la principalement sénéchaussée du Léon.

Après la Révolution, Lesneven est réduite au niveau de chef-lieu de canton avec un simple juge de paix, les tribunaux étant établi à Quimper, chef-lieu du nouveau département du Finistère. La ville administrative et judiciaire se reconvertit en centre commercial pour la région (avec ses foires et marché), puis une cité scolaire à partir du XIXème siècle, avec la création du collège Saint-François dans l'ancien couvent des Récollets (en 1833).

Il s'agissait en fait d'une ville close plus que d'un château, entourée de murailles et de douves. A l'intérieur de cet espace, on trouvait une place avec les premières halles, une chapelle (Saint Yves), le château et les habitations des résidents de la ville close (troupes et hommes de justice). On y accédait par deux pont-levis à l'ouest (côté ville) et à l'est (côté campagne).Cette place forte a été détrônée par Brest à partir du XVème siècle. Le tribunal royal a remplacé le château, puis la mairie actuelle a été construite en 1888 : on peut observer en face les 3 rues de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité.

La visite du centre a commencé par la place Foch, en passant devant l'ancien corps de garde (milice urbaine). La place au blé et au lin est bordé par des maisons qui sont les plus anciennes de la ville (XVème siècle), avec des commerces au rez-de-chaussée avec leur étal et l'habitation des propriétaires bourgeois anoblis à l'étage.

    

La place Le Flo était anciennement occupée dans sa partie centrale par les halles  (en forme de T), construites en 1644 et détruites en 1893. Plusieurs maisons anciennes existent encore en bordure de la place, dont la maison du Sénéchal (le Central), l'ancien centre Leclerc. On y trouve également la statue du général Le Flo (qui lui donne son nom), lesnevien homme politique français du XIXème siècle, acteur de l'alliance franco-russe.

La rue Notre-Dame était la rue principale dans l'histoire. Il s'y trouvait l'hôtel - restaurant le plus ancien, depuis le XVème siècle (l'ancien Pélican Blanc) et des hôtels particuliers, comme celui de Kerdanet et celui de Henry de Kermenguy (même famille que les Henry de Kergoff à Guissény). C'est dans le haut de cette rue que se trouvaient le premier château et l'église Notre-Dame. A la sortie de la ville, se situait la place d'armes, le "champ de bataille", lieu d'entraînement de la milice. Avant la Révolution, la milice de Lesneven avait son tour de service au corps de garde de Guissény.

 

 

La rue du Général de Gaulle est plus récente : la rue neuve des XVIè-XVIIè siècles devint l'axe de liaison entre l'église Saint Michel et la basilique du Folgoët. La maison aux arcades est également ancienne (XVIIème siècle), avec une grande tour d'escalier à l'arrière. Elle fut la résidence du curé révolutionnaire Ursain Le Gall.

L'immeube Martin était anciennement la pharmacie Roudaut. La façade est ornée d'un cadran solaire.

 

L'église Saint Michel actuelle date de la fin du XVIIIème siècle, seul le porche ancien (1654) a été conservé et classé. Le dôme qui surmontait la tour a été foudroyé au XIXème siècle et détruit par un obus allemand en 1944. Les vitraux de l'église présentent le comte Even avec Saint Goulven et avec Saint Hervé, Salaun ar Foll, la Duchesse Anne et les deux prêtres réfractaires guillotinés en 1794.

 

L'hôtel de France, ancien hôtel particulier de la famille Barbier de Lescoat, construction Renaissance datant de 1656, une des plus belles maisons anciennes de Lesneven, est actuellement en travaux de rénovation.

 

La promenade s'est terminée, place actuelle des Trois Piliers, au couvent des Ursulines, avec son cloître, par la visite du Musée du Léon, installé dans l'ancienne chapelle du couvent.