Le Corps de Garde

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

LE CORPS DE GARDE DE GUISSENY

 

A partir de la fin du 17e siècle, de petits édifices en pierre se dressent partout sur la côte. Simples corps de garde d’observation reliés aux autres par des signaux, ils peuvent aussi constituer des ensembles fortifiés. Autrefois entretenus par les paroisses littorales, les corps de garde servaient d’abri aux miliciens qui se réchauffaient devant la cheminée attendant un hypothétique ennemi... Les batteries et corps de garde étaient desservis par les milices garde-côtes : recrutés dans les paroisses littorales réunies en capitaineries, des milliers d’hommes âgés de 16 à 60 ans doivent assurer le guet de la mer : mission de surveillance des bateaux de passage : caboteurs, bateaux de pêche locaux, convois... Astreints aux maniements des armes mais sommes toute assez inexpérimentés, ils doivent pouvoir repousser un débarquement en attendant l’arrivée de troupes régulières. En cas d’apparition de voiles ennemies, les miliciens de la compagnie garde-côte alertaient les autorités par signaux codés : jeux de pavillons par temps clair, coup de canon, tocsin de l’église la plus proche, feux la nuit.

Le corps de garde est un édifice, un bâtiment où se tiennent les soldats de garde. Le bâtiment comprend généralement une seule pièce voûtée en plein cintre. ; il est construit en moellons et (ou) pierres de taille de petit et moyen appareil, le plus couramment en granite et (ou) pierres locales. Les murs font entre quarante et cinquante centimètres d’épaisseur. La toiture est en dalle de granite ou plus rarement en ardoises pour des corps de garde de grande dimension. Le bâtiment est d’une longueur variant entre six mètres et trois mètres sur six à un deux mètres de largeur et d’une surface comprise entre quarante et sept mètres carrés.

   

A l’intérieur, se trouve une grande cheminée en pierres de taille et un dallage en pierre. Il est percé de deux à quatre baies ou meurtrières orientées vers la mer pour le guet ou destinées à la défense rapprochée.

L' (les) entrée (s) est (sont) orientée (s) de manière à éviter que le vent dominant d’ouest ne s’engouffre pas dans le bâtiment. Généralement l’entrée principale est percée dans la façade Sud. En fonction de certaines particularités topographiques des sites : corps de garde adossé à un rocher ou se situant dans un renfoncement, les ouvertures peuvent être orientées différemment. Les éléments naturels, la mer, l’eau, le vent, le sable, dégradent rapidement les corps de garde.

La charge du guet de la mer est confiée à l’Amiral par les édits de 1517, 1524 et 1584 et elle est assurée par les habitants des paroisses maritimes, situées à une demi-lieue des côtes. La défense des côtes de Bretagne est assurée depuis le XVIème siècle par le ban et l’arrière-ban, organisée lors des Guerres de Religion ; elles pouvaient être réorganisées au profit du pouvoir royal. La fonction de « Capitaine de paroisse » apparaît alors : c’est un nouveau personnage, séparée de la noblesse et de la féodalité.

En 1666, Mazarin, Lieutenant Général de la Province de Bretagne, réorganise la Garde Côte [L’Evêché de Nantes avait alors un autre lieutenant général]. Les habitants des paroisses côtières devaient assurer le « guet de mer » à pied ou à cheval, par escouades se relayant quotidiennement sur une période de dix jours. Dans le Léon, 46 paroisses étaient organisées en 36 compagnies à pied et 8 compagnies à cheval. Cela représentait 12390 fantassins. Il existait 17 corps de garde, reliés entre eux par des signaux rudimentaires. Ils dépendaient de la capitainerie du Comte de la Bellière. Les compagnies à pied étaient composées d’une seule paroisse normalement : elles étaient dirigées par un capitaine, un lieutenant et un enseigne,. Les compagnies à cheval se composaient de 20 brigades de 3 cavaliers et un état-major de 4 officiers.
Le service de surveillance est assuré par des escouades pour l’infanterie, qui montent la garde pour une durée de 24 heures, en se relayant par roulement tous les 20 jours, à des corps de garde nommément, et donc géographiquement, désignés. Il y a de ce fait 18 roulements par an qui couvrent 360 jours. Le service à pied est assuré par les compagnies de paroisses : ces compagnies sont normalement composées des habitants d’une seule paroisse, incluant trèves et dépendances, mais peuvent aussi en regrouper plusieurs en fonction du nombre de leurs habitants en état de monter la garde. Ces compagnies sont commandées par trois officiers : un capitaine, un lieutenant et un enseigne, désignés par les habitants de la paroisse qui mettaient les noms sur un billet après la messe du dimanche, puis nommés par le Capitaine Général à partir de 1692. A chaque corps de garde sont affectées une ou plusieurs compagnies de paroisses qui fournissent les 20 escouades nécessaires pour assurer le roulement. Ces escouades sont constituées d’un certain nombre d’habitants des paroisses qui varie en fonction de l’importance de ces dernières mais aussi en fonction de l’importance stratégique du lieu auquel elles sont affectées. Les escouades montent quotidiennement aux corps de garde sous la conduite d’un des officiers de la compagnie et récupèrent les armes (épées et mousquet) des escouades qui descendent ; cette pratique évite d’avoir un trop grand nombre d’armes en circulation. Les officiers assurent l’accompagnement par roulement : le capitaine conduit les 1ères, 4èmes, 7èmes, etc… escouades ; le lieutenant les 2èmes, 5èmes, 8èmes, etc… ; et l’enseigne les 3èmes, 6èmes, 9èmes, etc… Seul un petit nombre de fantassins reste au corps de garde pour assurer le service d’avis, c’est-à-dire effectuer en cas d’alarme le signaux optiques prédéfinis, les autres étant répartis en petits groupes pour aller arpenter les sentiers côtiers (ces fameux sentiers des douaniers) et assurer ainsi un service continu de découverte le long des côtes.
Le corps de garde du Dibennou à Guissény dépendait de 3 paroisses :
. Guissény : 6 escouades de 71 hommes,
. Kerlouan : 5 escouades de 76 hommes,
. Lesneven : 9 escouades de 73 hommes.
Le capitaine est François de Kerven, sieur de Kersulec
Le lieutenant est Jean Henry
L’enseigne est Charles Henry.
L’ensemble de la compagnie représentait 20 escouades de 1.463 fantassins et 9 officiers.
Par tirage au sort, les paysans et les marins non soumis aux classes, de 18 à 60 ans, sont versés dans des compagnies détachées pour les mauvais numéros et dans des compagnies de guet pour les bons numéros. En principe, ces hommes servent sur place et exercent la surveillance et la défense des côtes. Mais, si l’on en croit Vauban, cette milice est médiocre, manque d’expérience et de motivation. Quant aux petits nobles qui les encadrent, il les décrit désargentés, misérables, sans monture et n’aspirant qu’à regagner rapidement leurs manoirs délabrés. Bref, des troupes sur lesquelles il est bien difficile de compter.

L’ordonnance de 1691 parle de « milice garde côte ». Entre 1713 et 1741, c’est une période de paix. Le guet est toujours assuré et un exercice une fois par mois après la messe. En 1716, l’obligation de service est étendu à deux lieues des côtes. La compagnie du guet de Lesneven regroupe 50 habitants des paroisses voisines. En 1756, le Duc d’Aiguillon fait une visite d’inspection des côtes de Bretagne : il fait augmenter le nombre des corps de garde et renforcer l’armement des batteries. Un uniforme est attribué aux compagnies détachées et certaines ont même un drapeau. En 1778, la milice garde côte est remplacée par les canonniers garde côte.

Entre le Koréjou et Pontusval, Kerizoc (avec un bâton à signaux), Guissény (Dibennou) et Kerlouan (Ménéham) sont dotés de corps de gardes. Mais cette portion de littoral est difficile d’accès par la multitude de récifs qui hérissent la côte et l’on ne peut raisonnablement envisager de débarquement dans de telles conditions. La présence défensive se limite alors à des patrouilles et à la surveillance à partir de ces points d’ancrage.
L’ordonnance de 1691 parle de « milice garde côte ». Entre 1713 et 1741, c’est une période de paix. Le guet est toujours assuré et un exercice une fois par mois après la messe. En 1716, l’obligation de service est étendu à deux lieues des côtes. La compagnie du guet de Lesneven regroupe 50 habitants des paroisses voisines. En 1756, le Duc d’Aiguillon fait une visite d’inspection des côtes de Bretagne : il fait augmenter le nombre des corps de garde et renforcer l’armement des batteries. Un uniforme est attribué aux compagnies détachées et certaines ont même un drapeau. En 1778, la milice garde côte est remplacée par les canonniers garde côte.

Entre le Koréjou et Pontusval, Kerizoc (avec un bâton à signaux), Guissény (Dibennou) et Kerlouan (Ménéham) sont dotés de corps de gardes. Mais cette portion de littoral est difficile d’accès par la multitude de récifs qui hérissent la côte et l’on ne peut raisonnablement envisager de débarquement dans de telles conditions. La présence défensive se limite alors à des patrouilles et à la surveillance à partir de ces points d’ancrage.

Les miliciens sont des gens du cru qui peuvent rester sur place pour effectuer leur service. Ils sont mobilisables entre 18 et 60 ans jusqu’à deux lieues de la côte. Il faut une taille de 5 pieds minimum pour entrer dans la milice. Les compagnies du XVIIIème siècle : les capitaineries de Brest, Lesneven - Aberwrach et Saint-Pol comprennent chacune 10 compagnies et 500 hommes. Il existe des compagnies détachées, les plus combattantes, et des compagnies de guet, s’occupant aussi du transport et des réparations.
Les officiers sont des petits nobles.

La discipline est assez relâchée. La nourriture est mauvaise ; les désertions de poste sont fréquentes, à cause de l’ennui et de la faim. Elles ont souvent lieu pendant les gros travaux de ferme. Il existe un entraînement avec des exercices et des revues, le dimanche après la messe. Les hommes astreints au guet devaient avoir chez eux un mousqueton ou un fusil, une épée, une demi-livre de poudre et deux livres de balles sous peine d'amende. L'ordonnance du 13 juin 1708 ajoutait à cela " une bayonnette, un porte-bayonnette et un fourniment avec le cordon. L'ordonnance de 1712 réglementait le port et l'utilisation de ces armes : elles ne pouvaient être portées en dehors des jours de revue et d'exercice ; impossibilité de tirer des pigeons ou de chasser, même en étant en autorisation du port d'armes, sous peine d'amende ou de prison. En contre-partie, interdiction était faite aux huissiers de les saisir pour dettes. A partir de 1757, les armes furent déposées dans un magasin, bien gardé par le capitaine de la paroisse ou le gouverneur de la fabrique, ne sortant plus que pour les revues et le service. Fournies désormais par le roi, elles furent ainsi uniformisées, de même que les munitions.

Le littoral pagan fait partie de la 11ème capitainerie de Bretagne en 1756. Les paroisses se regroupent au sein de ces capitaineries. L’inventaire de l’Amirauté de Léon fournit parfois les noms des gentils hommes membres des compagnies détachées des milices gardes-côtes. On y découvre en octobre 1757 : un sieur du Plessis pour Guissény et un chevalier du Plessis pour Kerlouan. En 1772, Charles René de Kervern de Kerzulec est capitaine aide-major de l’infanterie garde-côtes de Lesneven, le lieutenant un sieur Henry et le lieutenant Charles Henry.

Les registres paroissiaux de Guissény nous fournissent différents noms, surtout à l’occasion de leur décès, précisant leurs anciennes fonctions :
. 1701, Michel Chauvel, sieur de Kereval, lieutenant de la paroisse, décédé à 50 ans.
. 1715, Guillaume Gouzillon, seigneur de Kergoniou, du Helles, de Mogueriec, de Kerlech, capitaine de la paroisse, décédé à 90 ans.
. 1731, Charles Charlez, sieur de Kerynou, époux de Marie Jeanne Henry, capitaine du détachement de Guissény.
. 1738, André de Keryouas, « ancien capitaine garde de cotte ».
. 1740, Nicolas Potier, sous-brigadier du roi.

 

Sources :

. Jean-Pierre HIRRIEN, Le pagan et la mer, Editions Label-LN, 2007

. Michel BOURLIER, La défense des côtes du Léon aux XVIIème et XVIIIème siècles, Conférence du 6 octobre 2007, Musée du Léon, Lesneven.

. Archives de Guissény.

. Inventaire général du Patrimoine Culturel

. Photos d'Yvon GAC